Navigation | Paradoxe(s)

3 avril, 2009

Problèmes d’indexation…

Problèmes d'indexation...Vous avez peut-être eu du mal à parvenir jusque sur ce blog, et nous vous prions de nous en excuser.

En effet, Google, le moteur de recherche le plus utilisé de la toile, n’indexe plus ce site depuis plusieurs mois.

La responsabilité revient à notre hébergeur, Unblog.fr, qui a brièvement désactivé notre blog en octobre 2008, après qu’un robot l’ait identifié… comme recelant un « contenu adulte » ! Depuis, Google ne passe plus voir ce qui se passe chez Paradoxe(s), malgré nos tentatives et appels répétés. Nous sommes, en quelque sorte, black-listés.

Si dans le prochaines semaines la situation n’évolue pas, nous n’aurons pas d’autre choix que de changer l’adresse de notre blog. Dans ce cas, nous mettrons en place un lien depuis ce site vers notre nouvelle adresse.

D’ici là, il est important que le blog compte le plus de visites et de commentaires possibles. N’hésitez donc pas à nous laisser des encouragements dans notre lutte contre les big-brothers d’Internet !

Par paradoxes le 3 avril, 2009 dans Non classé
Pas encore de commentaires

31 mars, 2009

Intervention pédagogique devant les élèves du Lycée Marcel Pagnol

Intervention pédagogique devant les élèves du Lycée Marcel Pagnol dans Le Mot progrès... ecole_pagnolA l’invitation de Mme Vandichèle, professeur d’Histoire-Géographie au Lycée Marcel Pagnol (Athis-Mons), Paméla Ravassard et Henri Dalem sont allés rencontrer les élèves de seconde qui assisteront la semaine prochaine à une répétition publique du Mot « progrès » dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux à l’Insitut Culturel Roumain.

Les élèves, qui avaient préalablement étudié en cours l’histoire des Balkans, ont été particulièrement sensibles au traitement de l’histoire récente par Matéi Visniec. Peu habitués au théâtre contemporain, ils ont plongé sans réserve dans la pièce grâce à son style oral ciselé,  et ils se sont prêtés aux exercices de lecture en espace de certaines scènes proposés par l’équipe venue à leur rencontre.

Durant deux heures, entre discussion, questions, réflexions sur la pièce ou sur le théâtre de façon plus générale, un échange très enrichissant s’est instauré. La suite vendredi prochain à l’Institut Culturel Roumain.

Par paradoxes le 31 mars, 2009 dans Le Mot progrès..., Opérations pédagogiques et culturelles
Pas encore de commentaires

16 mars, 2009

Paradoxe(s) à l’Institut Culturel Roumain

icrparis.jpgDu 6 au 10 avril, l’Insitut Culturel Roumain de Paris accueillera généreusement pendant une semaine les répétitions du Mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Matéi Visniec. Vendredi 10 après-midi, la répétition sera ouverte au public, notamment aux scolaires. Si vous souhaitez y assister, merci de nous contacter.

Nous tenons à remercier chaleureusement pour leur hospitalité Mme Cârneci (directrice) et Mme Edwards (directrice adjointe).

Par paradoxes le 16 mars, 2009 dans Le Mot progrès...
Pas encore de commentaires

11 mars, 2009

Premières photos des répétitions

10.jpgLes répétitions du Mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux ont commencé lundi 9 mars au Théâtre Jacques Brel de Champs-sur-Marne !

Ci-contre, une photo de Paméla Ravassard (le père) et Laurent Labruyère (la mère) lors du premier essayage des masques et des costumes.

Par paradoxes le 11 mars, 2009 dans Le Mot progrès...
Pas encore de commentaires

8 mars, 2009

Garlan Le Martelot dans « En attendant Godot » à l’Athénée

Garlan Le Martelot dans Alors que débutent demain les répétitions du Mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux, la première production de Paradoxe(s), Garlan Le Martelot, qui y tient le rôle principal, joue avec élégance et intensité le rôle de l’enfant dans En attendant Godot au Théâtre de l’Athénée.

La mise en scène de Bernard Levy est très intéressante : toute en discrétion, elle fait le choix de l’intelligence du spectateur en ne cadenassant pas le sens.

Toute les informations sur le site du théâtre.

Par paradoxes le 8 mars, 2009 dans On applaudit...
Pas encore de commentaires

25 février, 2009

Vous pouvez nous soutenir !

icone1.bmpVotre générosité est primordiale pour l’équilibre financier de nos projets.

Si vous souhaitez aider notre compagnie, que vous soyez une entreprise ou un particulier, Paradoxe(s) est une association habilitée à recevoir vos dons et à faire bénéficier ses mécènes d’une réduction d’impôts. Celle-ci est de 60% du montant du don pour les entreprises, et de 66% pour les particuliers.

Pour les entreprises, la loi nous autorise à faire figurer le logo ou le nom de nos donateur sur les documents de communication.

Dans le contexte actuel de pénurie dans le domaine culturel, ce dispositif vise à inciter particuliers et entreprises à participer au financement de la création artistique. Nous sommes très heureux de pouvoir vous en faire profiter.

Vous pouvez adresser vos chèques à Paradoxe(s), 14 rue de Valoreille, 25380 Droitfontaine Belleherbe. Nous vous renverrons le reçu à fournir à l’administration pour justifier de la réduction d’impôts à laquelle votre don vous donnera droit. N’hésitez pas à nous contacter pour connaître les détails de ce dispositif.

Par paradoxes le 25 février, 2009 dans Des nouvelles de la compagnie
Pas encore de commentaires

24 février, 2009

Laurent Labruyère remplace Adrien Melin

Laurent Labruyère remplace Adrien Melin dans BiographiesDans Le mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux, c’est finalement Laurent Labruyère qui remplacera Adrien Melin, retenu par les prolongations du Diable rouge où il triomphe au côté de Claude Rich.

Laurent Labruyère a déjà travaillé deux fois sous le direction d’Henri Dalem, d’abord dans La Guerre, de Goldoni, au Théâtre Mouffetard, où il interprètait les rôles de Don Egidio et de Don Ferdinando, et cette saison dans Pourquoi les manchots n’ont-ils pas froid aux pieds ? (spectacle jeune public).

Co-directeur de la compagnie « Le Rugissement de la libellule », il a joué dans Le Théâtre ambulant Chopalovitch, et Novgorod Sortie Est. Sa première pièce, La Baleine, a été jouée à Nanterre et en Avignon dans une mise en scène dont il était l’auteur.

Il a également joué plusieurs fois au Sudden Théâtre sous la direction de Raymond Acquaviva (Aux Larmes, Citoyens) et de Roch-Antoine Albaladéjo (Ruy Blas, Les Caprices de Marianne, Feydeau inconnu).

Par paradoxes le 24 février, 2009 dans Biographies, Le Mot progrès...
Pas encore de commentaires

24 janvier, 2009

Passer l’hiver avec le Théâtre du Menteur

Passer l'hiver avec le Théâtre du Menteur dans On applaudit... passer-hiver-flyer-rectoAu Théâtre de l’Opprimé, il reste encore quelques jours pour applaudir le travail de la Compagnie du Menteur (dirigée par Valérie Dassonville et François Chaffin, directeurs du Théâtre de Bligny où Paradoxe(s) crée Le mot dans la bouche de ma mère… le 16 mai prochain). 

Sont à l’affiche tous les derniers spectacles de la compagnie : La Gueule du Loup, Crocodile OPA, La première fois que la nuit est tombée et L’humanité sans la tête. Plus de renseignements en cliquant ici.

Par paradoxes le 24 janvier, 2009 dans On applaudit...
Pas encore de commentaires

23 janvier, 2009

Les Sept contre Thèbes

Les Sept contre Thèbes dans On applaudit... 3199175822_68f1f497f5_oLe Théâtre de l’Odéon propose cette saison de petites formes destinées à sortir de ses murs. C’était le cas hier soir à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, avec Les Sept contre Thèbes d’Eschyle, adapté et mis en scène par Olivier Py.

Dans ce spectacle d’une heure seulement, le directeur de l’Odéon se livre à une leçon de théâtre. Pas de projecteur, pas de scène, pas de décor, pas de costume. Juste une télévision qui tourne le dos au public, dans laquelle Etéocle (Nazim Boudjenah) et le Chœur (Mireille Herbstmeyer) suivent la préparation puis le déroulement de la bataille. Py revient ici à l’essence de son travail : le rapport entre la profération, la poésie et le corps. Il conduit ainsi les spectateurs à une émotion brute.

La pièce parle de la guerre et de l’aveuglement face au destin. L’adaptation de Py garde surtout du texte d’Eschyle la préparation des 14 guerriers qui s’affrontent aux 7 portes de la ville. L’œuvre a beau avoir 2 500 ans, et être montée avec les moyens les plus limités, elle permet à Py de convoquer toute l’humanité et de montrer sa condition tragique.

Un spectacle à ne manquer sous aucun prétexte tant il concentre tout ce que le théâtre peut avoir de meilleur. Pour voir les dates et les informations sur ce spectacle, cliquez ici.

Par paradoxes le 23 janvier, 2009 dans On applaudit...
Pas encore de commentaires

21 janvier, 2009

Résidence à Champs-sur-Marne pour « Le mot progrès… »

pre3.jpgParadoxe(s) remercie très vivement l’équipe du Théâtre Jacques Brel, qui vient de nous accorder une résidence pour notre premier projet, Le mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Matéi Visniec.

Nous répéterons une semaine en mars 2009 au Théâtre Jacques Brel, à Champs-sur-Marne, avant de revenir jouer en octobre, à une date que nous communiquerons sur ce blog dès qu’elle sera programmée avec certitude. Cette résidence s’ajoute donc à celle déjà prévue au Théâtre de Bligny, à l’issue de laquelle nous créerons la pièce de Visniec le 16 mai 2009.

Henri Dalem

Par paradoxes le 21 janvier, 2009 dans Le Mot progrès...
Pas encore de commentaires

1234

latin |
José Ballester, sculpteur, ... |
RamSeS HeaD MuSicaL ProjecT |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | artGrafik
| Michel Cabos, peintures
| Cindy